loading
  • Des sièges très ergonomiques pour l’Opel Insignia et la Meriva, entre autres
  • L’AGR (association pour la santé du dos) leur attribue son label de qualité
  • Des sièges évolués représentent 10% des coûts de production

 

  La nouvelle Opel Insignia et la nouvelle Opel Meriva sont des modèles recherchés : depuis l’automne 2013 pour l’Insignia et depuis début 2014 pour la Meriva, les deux modèles se vendent très bien. Depuis sa présentation, plus 115’000 commandes ont été enregistrées pour la nouvelle déclinaison du haut de gamme d’Opel. Et la version revue de la Meriva, la reine de la polyvalence, a engrangé plus de 50’000 bons de commandes en quelques mois. Ce sont des voitures qui se distinguent par leurs mécaniques ultramodernes et leurs systèmes multimédia sophistiqués. Mais elles ont encore un atout : elles permettent au conducteur et au passager de voyager dans un confort extrême. Les sièges ergonomiques premium labellisés AGR (association pour la santé du dos) d’Opel offrent un excellent soutien sur les longs parcours en prenant grand soin du dos.

 

Grâce à une multiplicité de possibilités de réglages, le conducteur peut toujours trouver la position idéale afin que même après des heures de conduite, il arrive à destination reposé et sans mal de dos. Mais pour passer de l’idée d’un siège ergonomique avancé à sa production en série, il a fallu franchir de nombreuses étapes de mise au point. C’est la raison essentielle qui fait que la réalisation du siège représente quelque 10% du coût de production d’une voiture.

 

Collaboration entre Opel et AGR pour un maximum de confort d’assise


  
« Les sièges sont des prodiges d’ingéniosité, qui mettent en œuvre des matériaux légers, des structures en mousses spéciales et une foule de moteurs. Ils doivent répondre à de multiples besoins, passant par le chauffage et les réglages, » fait observer Andrew Leuchtmann, Senior Manager GM Interiors, l’homme qui a la responsabilité de concevoir les sièges. « Aujourd’hui, nos sièges sont conçus pour s’adapter à n’importe quelle morphologie : les grands, les petits, les gros, les maigres. Et ces possibilités sont capitales pour réduire la fatigue du voyage, qu’il soit court ou long. »


 
Opel a lancé son tout premier siège ergonomique sur le Signum en 2003. Aujourd’hui, les sièges ergonomiques d’Opel, très sophistiqués et très demandés, peuvent équiper de nombreux modèles depuis l’Insignia, la Meriva, la Zafira Tourer jusqu’à l’Astra, la Mokka et la Cascada. Ils sont le résultat de plus d’une dizaine d’années de travail en collaboration étroite avec l’AGR, une association indépendante qui travaille sur la prévention des problèmes de dos. Les sièges sont développés en interne en ayant toujours à l’esprit la sécurité, première des priorités pour Opel.

 

 L’aspect sécuritaire touche l’intégration des airbags, des capteurs d’occupation et des prétensionneurs de ceinture de sécurité. Tous ces équipements assurent que conducteur et passagers à bord d’une Opel atteignent toujours leur destination avec tout le confort mais aussi toute la sécurité possibles.

 

  
Opel est le premier constructeur généraliste dont les sièges ont été couronnés du label de l’AGR. Pour y parvenir, quatre ingrédients de base sont nécessaires : un soutien lombaire réglable sur quatre axes (en avant, en arrière, en haut et en bas), une inclinaison de l’assise, un réglage de la longueur de l’assise et un maintien efficace du corps.

 

« Nous avons travaillé ensemble et nous avons combiné leur expérience et la nôtre, » commente Andrew Leuchtmann. « Au début, plusieurs équipementiers nous avaient assuré qu’ils disposaient des sièges les meilleurs, mais les gestionnaires de flotte recevaient souvent des réclamations de conducteurs qui se plaignaient de mal de dos ou d’autres douleurs ». Pour faire simple, il faut que les deux-tiers du corps d’une personne soient toujours en contact avec le siège pour éviter les points de pression, qui aboutissent finalement à des douleurs et de l’inconfort. « Nos sièges sont réglables en largeur, et peuvent fournir ainsi un soutien idéal à tout conducteur, » ajoute Andrew Leuchtmann.

 

Une climatisation automatique intégrée


  
« La réalisation d’un siège est assez complexe : nous devons prendre en compte l’implantation des mousses, celles des accessoires électriques de confort, des dispositifs de sécurité, des appuie-têtes et autres, sans compter encore les armatures, les filets de suspension et de quoi soutenir tous les types de morphologies, » explique Andrew Leuchtmann.

 

Une des fonctions les plus complexes dévolues aux sièges – en dehors de maintenir le corps – est de rafraichir ou de réchauffer l’occupant, en fonction des différentes conditions météorologiques. « La climatisation du siège est très complexe, car vous devez parvenir à évacuer l’humidité générée par l’occupant. Des canaux intégrés permettent au tissu de respirer et de le débarrasser de cette humidité. Avec des sièges ventilés, on incorpore au siège de petits ventilateurs qui permettent au conducteur de rester effectivement au sec et au frais, » explique Andrew Leuchtmann. Ce système est disponible sur l’Insignia et sur le Cascada. Le chauffage se révèle tout aussi important. « Nous chauffons pratiquement toute la surface du siège, » note Andrew Leuchtmann. Cette grande surface de chauffe fait une différence considérable par rapport aux systèmes qui ne chauffent que certaines zones du siège.


Vers le haut